Pourquoi faire une incinération lors de ses obsèques?

Le déroulement des obsèques doit respecter la volonté du défunt. À défaut des consignes de ce dernier, ses proches sont libres de choisir le type d’obsèques. Généralement, la famille choisit entre la crémation ou incinération et l’inhumation. Mais quelles sont exactement les raisons qui poussent certaines personnes à choisir la crémation ?

Les avantages de la crémation

La crémation est une tradition pour certaines personnes, mais un développement du type de sépulture pour d’autres. Quel que soit le cas, les personnes qui choisissent cette cérémonie d’obsèques voient des avantages dans cette pratique. Il paraît que l’incinération favorise la protection de l’environnement, car elle est plus écologique. Selon les dires de certaines personnes, cette pratique permet également de gagner en place et de réduire le coût d’obsèques. Même si certaines religions ne soient pas de même avis à ces avantages, les personnes qui pratiquent la crémation affirment leurs arguments pour cette pratique sur le plan financier et hygiénique.

La crémation et le catholicisme

Si auparavant l’Église n’a pas consenti la crémation, elle change désormais de position. L’Église accepte actuellement l’incinération sous respect de certaines règles : « À ceux qui ont choisi l’incinération de leur corps, on accordera des funérailles chrétiennes, sauf s’il est évident qu’ils ont fait ce choix pour des motifs contraires à la fois chrétienne. Tout en respectant la liberté des personnes et des familles, on ne perdra pas de vue la préférence traditionnelle pour la manière dont le Seigneur lui-même a été enseveli ». Toutefois, l’Église veut que la crémation ait lieu après la célébration des funérailles. Elle veut aussi que les cendres ne soient pas dispersées après la cérémonie d’incinération.

Le développement de la crémation

Vis-à-vis de ses avantages, la crémation gagne peu à peu en France. Elle représente environ le tiers des obsèques sur le territoire français. Dans les grandes villes françaises, presque la moitié des obsèques sont pratiqués avec l’incinération. Cette tendance ne cesse de progresser. On note également un grand développement de la crémation en Belgique, notamment dans la région de Bruxelles-Capitale. De 2000 à 2010, la pratique de l’incinération a augmenté de 42%. D’après ces tendances, on peut noter que le nombre de personnes qui soient convaincues par la crémation est en augmentation.